Comité Central Provisoire du Parti Communiste de Suisse (Fraction Rouge): “Remuer ciel et terre pour la reconstitution du Parti Communiste de Suisse !”

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !
Il n’y a qu’un seul but – la conquête du Pouvoir !

REMUER CIEL ET TERRE POUR LA RECONSTITUTION DU PARTI COMMUNISTE DE SUISSE !

Comité Central Provisoire
Parti Communiste de Suisse (Fraction Rouge)
13.03.2021

Reproduit par Le Drapeau Rouge

REMUER CIEL ET TERRE POUR LA RECONSTITUTION DU PARTI COMMUNISTE DE SUISSE !

„ […] Cette lutte amena la fraction à assumer seule la Reconstitution du Parti. Lénine nous dit que, le moment venu, une fraction conséquente se doit de reconstruire le Parti. Ce fut la tâche assumée par la fraction. Ici on pourrait se demander: Pourquoi la fraction assuma-t-elle la Reconstitution du Parti? Pourquoi on en fonda pas un autre comme c’était la mode et comme ça l’est encore aujourd’hui? La première raison est que le Parti fut fondé en 1928 sur des bases marxistes-léninistes claires, et qu’il avait alors une grande expérience, tirée des leçons positives et négatives, des deux à la fois. Mais plus encore, Lénine nous dit que, quand on est dans un Parti en déviation, qui quitte sa voie et qui se précipite dans l’opportunisme, on a l’obligation de lutter pour le remettre sur la voie et ne pas le faire, constitue un crime politique. Ainsi, la fraction est importante dans la mesure où elle a accompli ce rôle, où elle a servi à la Reconstitution du Parti, à partir de sa construction idéologico-politique, en se basant sur le maoïsme, que appelions alors pensée Mao Tsé-toung, et sur l’établissement d’une ligne politique générale. La fraction a le grand mérite d’avoir constitué le Parti, et ce faisant, elle possédait alors l’instrument, «l’héroïque combattant», le Parti Communiste de type nouveau, marxiste-léniniste-maoïste, l’avant-garde politique organisée et non pas «l’organisation politico-militaire» comme certains ont l’habitude de le dire à tort, le Parti nécessaire pour se lancer à la conquête du Pouvoir avec les armes à la main au moyen de la Gssuerre Populaire. (Notre accent.) “

Comité Central du Parti Communiste du Pérou: „Interview du Président Gonzalo“, juillet 1988.

En maintenant, défendant et appliquant, principalement en appliquant, l’unique idéologie scientifique omnipotente du prolétariat international: le Marxisme-Léninisme-Maoïsme-Pensée Gonzalo, principalement la Pensée Gonzalo, nous, les Communistes en formation de Suisse émettons la présente déclaration de nos buts et principes, célébrant deux grands anniversaires qui nous ont menés où nous sommes aujourd’hui.

Cette année, tandis que les Communistes en formation et les révolutionnaires prolétariens agissant dans cet État pourri nommé Suisse célèbrent les 150 ans de la glorieuse Commune de Paris, la première dictature du prolétariat, durant laquelle notre classe a pris d’assaut le Ciel pour la première fois en Mars 1871; ainsi que les 102 ans de la constitution de notre grand, glorieux et correct Parti, le Parti Communiste de Suisse (PCS) à la 3ème Conférence de la Fraction Rouge en Mai 1919. Même 100 ans auparavant, en Mars 1921, tandis que les révisionnistes se sont glissés dans le Parti depuis le Parti Social-Démocrate et a tenu le soi-disant „1erCongrès du Parti“, qui n’était pas Marxiste, ils ne purent balayer toute la Pensée Guide du Parti, qui a été forgée par les Camarades Leonie Kascher, Jakob Herzog et d’autres dans le Programme et Ligne Politique Générale. C’est une tâche en cours de comprendre si l’authentique 1er Congrès a été convoqué, et si tel est le cas, de nous baser dessus, et si ce n’est pas le cas, de le convoquer, les deux étant connectés à la reconstitution du PCS.

En ces deux grands anniversaires, grands présages qui nous guident aujourd’hui, nous, le Parti Communiste de Suisse (Fraction Rouge) (PCS(FR)), déclarons notre serment solennel et volontaire: de nous consacrer absolument et complètement au seul objectif politique immédiat de notre classe, la reconstitution du PCS en tant que Parti Communiste militarisé, en identifiant, reprenant et développant la Pensée Guide du Parti, son Programme et sa Ligne Politique Générale, principalement sa Ligne Militaire, à travers le processus de reconstitution, à la lumière du Marxisme-Léninisme-Maoïsme-Pensée Gonzalo, générant ainsi une Pensée Guide qui sera la garantie du triomphe de la Révolution suisse.

Le PCS(FR) est une Fraction, et non un Parti, remplissant le critère que Lénine a établi pour nous:

„ Une fraction dans un parti est un groupe de personnes partageant les mêmes idées, formé dans le but premier d’influencer le parti dans une direction précise, dans le but d’obtenir l’acceptation de leurs principes dans le parti sous la forme la plus pure possible. Pour cela, une réelle unanimité d’opinion est nécessaire. “1

Aujourd’hui, alors que nous entrons dans la deuxième partie de la deuxième époque de la société suisse contemporaine (impérialiste) et de l’histoire du PCS, le moment de la reconstitution du Parti pour la Guerre Populaire tandis que la décomposition de l’impérialisme suisse le mène aux 50 dernières années de son existence, et spécifiquement la partie de ce moment dans laquelle la lutte pour la reconstitution du Parti est menée par une avant-garde organisée en formation, nous, les Communistes en formation de Suisse, nous déclarons être le PCS(FR), parce que cette Organisation, cette Fraction, est la concrétisation de le réelle unanimité d’opinion entre les révolutionnaires prolétariens, leur unification autour de la ligne rouge dans ce moment actuel de la société suisse contemporaine, ce qui fait de nous concrètement la Fraction Rouge, destinée à reconstituer le Parti du prolétariat.

Leonie Kascher, une Chef du PCS et de la Révolution suisse, a décrit le processus de lutte pour la constitution du Parti :

„ Sous la direction permanente de Vladimir Ilitch et avec son aide inlassable et patiente aux membres du Parti suisse, en particulier aux jeunes, nous avons mené une lutte permanente et de principe contre les tendances opportunistes du Parti, et nous avons travaillé au sein des masses. “2

C’est la Camarade Kascher qui a rédigé le “Manifeste du Parti Communiste de Suisse”, alors qu’elle était assise dans les cachots de la réaction suisse, attendant d’être déportée en Union Soviétique pour son travail révolutionnaire. Dans ce document, il est dit:

„ Travailleurs, Camarades, apprenons de nos pays voisins. Les temps nouveaux exigent aussi de nouvelles formes de lutte et ces formes de lutte, qui seules offrent la garantie que nous sortirons victorieux des luttes à venir, sont les Conseils des Ouvriers et des Soldats. […] Tout le Pouvoir aux Conseils des Travailleurs. “3

Au 1er Congrès Mondial de l’Internationale Communiste, qui s’est tenu juste avant la 2ème Conférence de la Fraction Rouge, la Camarade Kascher, dans une ferme lutte des deux lignes contre le droitier Fritz Platten, a affirmé les thèses du Marxisme et exposé les positions du Parti, qui était alors en cours de constitution :

„ A côté du parti socialiste et de l’organisation de la jeunesse socialiste, il existe en Suisse un mouvement Communiste, petit mais déterminé. Les racines et l’école de ce mouvement Communiste se trouvent dans la Gauche de Zimmerwald, dont l’esprit était, outre nous, également présent en Suisse. Ce que nous avons appris de la Gauche de Zimmerwald, c’est qu’il fallait exiger des actions de masse, non pas dans un avenir lointain, mais dans le moment présent. […] Nous savions déjà qu’il y avait un seul but – la conquête du Pouvoir. “4

Réaffirmant la violence révolutionnaire comme la loi de la révolution, Kascher écrit :

„ […] le temps du parlementarisme [est] terminé, […] nous ne [pouvons] plus rien attendre de cette institution bourgeoise. “5

Cela a été plus tard réaffirmé par le Camarade Jakob Herzog au 2éme Congrès Mondial, dans la lutte des deux lignes contre le révisionniste Boukharine :

„ La possibilité est laissée à ces éléments opportunistes, qui se trouvent déjà à l’intérieur de l’Internationale Communiste, de travailler de façon opportuniste même en tant que Partis Communistes, et d’amener tout le parlementarisme sur cette voie glissante. Une autre possibilité est également fournie par le cours que l’Internationale Communiste a pris afin d’accepter tous les partis “révolutionnaires” dans l’Internationale Communiste. Il ne faudra pas longtemps pour que la majorité du Parti Social-Démocrate Indépendant d’Allemagne et du Parti Socialiste de France soit dans l’Internationale Communiste. Naturellement, la majorité des petits partis sociaux-démocrates doit aussi venir à Moscou. Platten a déjà été envoyé en Suisse pour cette mission. Ainsi, encore plus d’éléments opportunistes réussiront à entrer dans l’Internationale Communiste, qui ne deviendront pas des Communistes révolutionnaires du jour au lendemain. Ils mèneront exactement la même politique dans l’Internationale Communiste que celle qu’ils menaient auparavant dans la IIe Internationale.

C’est le danger que nous voyons et qui nous fait reconnaître que, sous la forme qui est proposée ici, le parlementarisme ne peut en fait pas être appliqué dans les pays occidentaux. Nous en avons un exemple concret. On nous dit aujourd’hui que le Parti Communiste de Bulgarie est un exemple modèle de parlementarisme révolutionnaire, que sa fraction parlementaire fonctionne à merveille. J’ai récemment lu un article qui disait précisément le contraire. En outre, j’ai eu l’occasion de parler à un Camarade bulgare qui est allé de Moscou en Bulgarie en tant que parlementaire et qui, lorsqu’il a vu comment fonctionnait la faction parlementaire Communiste bulgare, est devenu un partisan de l’antiparlementarisme et est revenu en tant que tel. C’est la preuve que le parlementarisme ne peut pas être développé dans tous les pays de la même manière qu’il a été réalisé auparavant en Russie par les Communistes. “6

Sur cette base, il est clair que le PCS ne peut et ne doit être reconstitué qu’en tant que Parti de la lutte armée, de la guerre révolutionnaire, aujourd’hui de la guerre populaire, et pour initier et diriger une telle guerre populaire en Suisse, le PCS doit simplement être un Parti militarisé, un Parti reconstitué à la lumière du Marxisme-Léninisme-Maoïsme-Pensée Gonzalo, principalement la Pensée Gonzalo, en identifiant, reprenant et développant la Pensée Guide du Parti.

En essence, le processus de reconstitution est une lutte contre le révisionnisme historique, contemporain et interne, en reconstruisant simultanément les appareils de notre Parti qui ont été liquidés par le révisionnisme, aujourd’hui en tant qu’appareils militarisés, principalement liquidés par la Ligne Opportuniste de Droite, qui, ces derniers temps, s’est structurée sous le nom de “Parti du Travail” et de “Parti Ouvrier et Populaire”, y compris sa progéniture morte-née, les Strasseristes qui trafiquent avec le nom de notre glorieux Parti, ceux qui agissent en Suisse italienne et vendent chaque jour davantage la Révolution suisse et la Révolution Prolétarienne Mondiale. A ces révisionnistes, et à tout le révisionnisme qui agit dans ce pays et à l’étranger, nous, le PCS(FR), exprimons notre haine de classe la plus profonde et la plus brûlante. Nous vous balaierons de la surface de la Terre par la Guerre Populaire, en visant résolument la singulière montagne qui pèse sur les épaules de notre classe, de nos masses et de notre peuple : l’impérialisme, principalement suisse, dont les laquais sont le vieil État réactionnaire et le révisionnisme.

A notre classe, le prolétariat international, A notre classe, le prolétariat international, au contingent duquel nous appartenons en Suisse, nous exprimons notre promesse de briser le “cercle de fer” de l’exploitation et de la lutte, de plus d’exploitation et de plus de lutte, que notre classe doit subir quotidiennement – et de le briser par la révolution ! Nous avons tenu le Pouvoir dans nos mains à Paris, à Leningrad, à Stalingrad, à Pékin, aujourd’hui nous tenons le Pouvoir dans les Comités Populaires des régions du Pérou et de l’Inde, avec le peuple de ces pays. Même à Zürich, dans la Suisse pourrie elle-même, notre classe a détenu le pouvoir en 1918. Nous avons goûté au Pouvoir politique, il vit en nous comme une expérience, dans nos cœurs, nos esprits, nos poings, nos drapeaux rouges avec le marteau et la faucille d’or et en perspective, il vit dans nos fusils – et nous n’avons pas peur de conquérir le Ciel une fois de plus.

Aux masses, le plus profond et le plus ample des travailleurs et des ouvriers de ce pays, nous exprimons notre promesse de soutenir toutes les luttes justifiées, car il est juste de se rebeller contre tout ce qui est vieux et réactionnaire, et ce sont ces rébellions qui font l’histoire ! Il n’y a pas de stabilité même en Urschweiz, nulle part dans ce pays pourri, comme la crise fédérale et les émeutes l’ont clairement montré. La pauvreté, l’exploitation, la misère, tout sera balayé par la Guerre Populaire et la dictature du prolétariat.

Aux peuples de Suisse, quelles que soient auxquelles des trois nations ils appartiennent, peuples qui ont exprimé à maintes reprises leur rejet de l’impérialisme, de la réaction, du révisionnisme, du fascisme, du crétinisme parlementaire et autres maux, nous exprimons que cet État pourri sous lequel nous vivons, l’État impérialiste suisse, fait partie de l’ancien monde, même lorsqu’il prétend être démocratique, il n’est en réalité rien d’autre que la dictature la plus ouverte et terroriste de la bourgeoisie. Cette société ne nous offre rien, que l’exploitation et l’oppression. Le futur État ouvrier, la dictature du prolétariat, sera un État démocratique pour le prolétariat, la paysannerie, les soldats, la petite-bourgeoisie et le semi-prolétariat — ce sera une dictature contre la bourgeoisie uniquement, tout comme leur État actuel est une dictature contre nous, les peuples de Suisse. Ce sera un État dans lequel les droits des trois nations seront respectés, y compris le droit à la sécession, avec une véritable liberté pour le Jura et une priorité pour le développement socio-économique de la nation italophone, tant au Tessin qu’aux Grisons.

Enfin, au Mouvement Communiste International (MCI), aux Partis et Organisations Communistes guidés et commandés par le Marxisme-Léninisme-Maoïsme comme nouvelle, troisième et supérieure étape du Marxisme, et principalement à sa gauche, ceux guidés et commandés par la Pensée Gonzalo comme Pensée Guide de la Révolution Prolétarienne Mondiale dans le moment présent, nous exprimons notre grand devoir: mettre l’internationalisme prolétarien au premier rang, en élevant toujours le grand slogan : “Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !”, comme tous les Communistes depuis Marx, et en nous consacrant à servir la Révolution prolétarienne mondiale, aujourd’hui dans son offensive stratégique, qui dans les 50 prochaines années balaiera l’impérialisme et la réaction mondiale de la surface de la Terre. Nous saluons la lutte pour la Conférence Internationale Maoïste Unifiée, la Nouvelle Organisation Internationale du Prolétariat, et la reconstitution de la glorieuse, correcte et justifiée Internationale Communiste sur la base du Marxisme-Léninisme-Maoïsme.

Nous nous souvenons, nous honorons et nous jurons d’apprendre des héros et des Chefs de notre classe internationale. De Chefs, tels que les Camarades J.C. Mariátegui du Pérou, İbrahim Kaypakkaya de Turquie, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht d’Allemagne, Charu Majumdar d’Inde, Siraj Sikder du Bangladesh, Chiang Ching, Kang Sheng et Chang Chun-chiao de Chine, Jakob Sverdlov de Russie, Antonio Gramsci d’Italie, Alfred Klahr d’Autriche, Marcial du Salvador, Harry Haywood des Etats-Unis, L. E. Recabarren du Chili, Gerson Trier du Danemark, et d’autres ; des héros, comme les Camarades et Compagnons Norah, Norman Bethune, Lei Feng, Chang Szu-teh, Louise Michel, Pierre Overney, Azad, Bhagat Singh, et d’autres.

Nous nous souvenons, nous honorons et nous jurons d’apprendre des héros et des Chefs de notre classe dans ce pays pourri. Des Chefs, comme les Camarades Léonie Kascher et Jakob Herzog, et des héros, comme le Camarade Henri Furst, qui a payé le prix le plus élevé et a été enterré avec les plus grands honneurs du Parti pour avoir osé s’opposer aux soldats mercenaires de la bourgeoisie suisse lors de la Nuit de Sang de Genève, ou la Compagnie Kinem, une héroïne prolétarienne-internationaliste, combattante de la TİKKO et martyre de la Révolution Prolétarienne Mondiale et de la Guerre Populaire en Turquie, qui a combattu et est morte pour notre classe internationale et pour un peuple auquel elle a juré fidélité bien qu’elle ne soit pas turque elle-même.

Nous saluons les grandes journées de lutte de notre classe internationale, que nous, Communistes en formation et révolutionnaires prolétariens, jurons de célébrer chaque jour comme des journées de combat, de lutte de classe, de guerre en perspective : le 8 mars, journée internationale de lutte des femmes ; le 1er mai, journée internationale de lutte du prolétariat ; le 19 juin, journée de l’héroïsme ; et le 28 juin, journée internationale de lutte des queers.

Au Président Gonzalo, le plus grand Communiste vivant sur la face de la Terre, continuateur de Marx, Lénine et du Président Mao Tse-tung, philosophe, stratège militaire, Directeur du Parti Communiste du Pérou, de la Fraction Rouge du MCI, de la Révolution péruvienne et de la Révolution Prolétarienne Mondiale, nous exprimons notre subordination volontaire, absolue et inconditionnelle, pour apprendre de lui en toutes choses et incarner sa Pensée tout-puissante. Nous réaffirmons : La Pensée Gonzalo est la forge dans laquelle nous devons identifier, reprendre et développer la Pensée Guide du PCS. Nous condamnons ceux qui nient et attaquent la Direction au Pérou même, les 2ème et 3ème Lignes Opportunistes de Droite, y compris leurs laquais à l’étranger en général et en Suisse en particulier, avec une brûlante haine de classe. Nous défendrons la vie, la santé et l’intégrité de la Direction de notre classe internationale contre toute attaque quelle qu’elle soit, et nous exprimons notre admiration pour les Camarades qui luttent dans les conditions les plus difficiles dans les Tranchées Lumineuses du Combat, comme le Camarade Feliciano, ainsi qu’en dehors de leurs murs, comme la Camarade Laura, dans la lutte pour la Réorganisation Générale du Parti Communiste du Pérou dans les flammes de la Guerre Populaire, forte de 41 ans cette année.

Nous saluons les Guerres Populaires en Turquie, en Inde et aux Philippines, ainsi que leurs Partis Communistes respectifs, le Parti Communiste de Turquie/Marxiste-Léniniste, le Parti Communiste d’Inde (Maoïste) et le Parti Communiste des Philippines, nos Camarade d’armes, dont nous nous engageons à apprendre pour reconstituer notre parti et initier la Guerre Populaire en Suisse. Pour nous, la Guerre Populaire en Turquie a une importance particulière, et nous nous souvenons du Compagnie Kinem (Barbara Kistler) comme un martyr et un héros de cette Guerre Populaire et de la Révolution Prolétarienne Mondiale, et nous exprimons notre chagrin solennel pour la perte de tant de grands Camarades et Compagnons dans cette Guerre Populaire et dans d’autres Guerres Populaires pendant cette année et l’année dernière. Leur sang arrosera la Révolution Mondiale.

C’est la tâche de tous les révolutionnaires en Suisse qui veulent vraiment servir le peuple et la Révolution suisse, en tant que partie et au service de la Révolution Prolétarienne Mondiale, de rejoindre le processus de lutte pour la reconstitution de la PCS. A tous ceux qui veulent la Révolution suisse, tous ceux qui veulent la Révolution Mondiale, tous ceux qui veulent le Communisme, nous disons : Continuez le combat ! Unissez-vous sous le Maoïsme ! Rejoignez les rangs des Communistes en formation et des révolutionnaires prolétariens ! Luttons ensemble pour la reconstitution du Parti, le Parti de la révolution, de la Guerre Populaire, en opposition à tout Parti existant, dans tous les domaines !

Nous n’avons qu’un seul objectif : la conquête du Pouvoir. Aujourd’hui, nous disons : Guerre Populaire jusqu’au Communisme. C’est pour cela que nous luttons, en nous engageant à donner notre vie pour le Communisme, éternellement brillant et doré, où le soleil brille toujours, aujourd’hui, demain et toujours. Cela, nous l’avons appris de nos grands professeurs, qui savaient qu’ils ne le verraient jamais, mais qui n’ont fait que redoubler leurs efforts pour le Communisme : Nos fondateurs Karl Marx et Friedrich Engels, principalement Marx, qui a éclairé le grand chemin pour nous ; le grand V. I. Lénine, qui nous a conduit à la conquête du Pouvoir avec un fusil dans une main et un drapeau rouge dsans l’autre ; le Camarade J. V. Staline, continuateur du grand Lénine, bâtisseur du socialisme et libérateur du monde du fascisme-nazi ; le Président Mao Tsé-toung, le plus haut sommet de notre classe, Directeur de la Guerre Populaire, de la construction socialiste, de la Grande Révolution Culturelle Prolétarienne, et son successeur légitime, la Présidente Chiang Ching ; et bien sûr, le Président Gonzalo, notre immortel professeur et chef, comme nous l’avons déjà exprimé.

Comme toujours, la contradiction demeure : le faire ou ne pas le faire, reconstituer le Parti et initier la Guerre Populaire jusqu’au Communisme, ou échouer. Même si nous devions tomber, d’autres Camarades ramasseront le fusil et le drapeau, et continueront, parce que le Communisme nous unit. Nous sommes condamnés à gagner.

VIVE L’IMMORTEL MARXISME-LÉNINISME-MAOÏSME, LA TOUTE-PUISSANTE PENSÉE GONZALO, LA SEULE ET UNIQUE IDÉOLOGIE UNIVERSELLE DE NOTRE GLORIEUSE CLASSE !

LE FUSIL DANS UNE MAIN, LE DRAPEAU ROUGE DANS L’AUTRE, MARCHONS SANS NOUS ARRÊTER VERS LA RECONSTITUTION DE NOTRE PARTI MILITARISÉ ET AU-DELÀ !

RÉDUISONS EN CENDRES L’IMPÉRIALISME SUISSE ET SES LAQUAIS, LA RÉACTION SUISSES ET LE RÉVISIONNISME, AVEC NOTRE GLORIEUSE ARME, LA GUERRE POPULAIRE !

APPRENEZ DE LA CAMARADE LEONIE KASCHER, FONDATRICE DE NOTRE PARTI !

APPRENEZ DU CAMARADE JAKOB HERZOG, PRÉSIDENT DE NOTRE PARTI !

GUERRE POPULAIRE JUSQU’AU COMMUNISME !

Suisse, 13.03.2021

Comité Central Provisoire
Parti Communiste de Suisse (Fraction Rouge)

1V.I. Lénine: „Conférence du Comité de Rédaction Élargi du ‚Le Prolétarien‘“, Juin 1909.

2Autobiographie de Camarade Leonie Kascher

3Manifeste du Parti Communiste de Suisse, Novembre 1918.

4Procès-verbal du Premier Congrès Mondial de l’Internationale Communiste, Mars 1919.

5Autobiographie de Camarade Leonie Kascher

6Procès-verbal du Deuxième Congrès Mondial de l’Internationale Communiste, 1920.